L’IFOP, institut de sondage, a publié il y a quelques jours une enquête sur les perceptions et les attentes des salariés pour l’après confinement. Le bien-être au travail devient à l’heure actuelle une priorité pour les entreprises et les salariés. “ Il y aura un avant, et un après covid-19”. Nous avons tous entendu cette phrase, et elle reflète parfaitement les résultats de cette enquête.

Le confinement et le télétravail ont pour beaucoup été la source d’une prise de conscience.  Un retour à l’essentiel qui a remis en cause nos habitudes de travail, nos valeurs, et nos priorités. D’ailleurs, plus d’un interrogé sur deux ne voit plus son travail de la même manière qu’auparavant. La crise a mis en lumière des attentes très fortes en matière de bien-être, qui représentent de nouveaux enjeux stratégiques pour les entreprises.

 

Une des plus grandes préoccupations des salariés est incontestablement le bien-être au travail.

Le retour au travail inquiète, une nouvelle routine à adopter qui s’avère stressante. Le retour des trajets en transport en commun, les embouteillages, le bureau, mais aussi une appréhension des conditions d’hygiène dans lesquelles le travail sera effectué.

Pour 81% des salariés interviewés, le bien-être est un enjeu prioritaire au sein de leur entreprise. En 2018, on en comptait 56% !  Ce bien-être repose principalement sur trois attentes :

  • 60% aimeraient une meilleure prise en compte du bien-être des collaborateurs,
  • Pour 28% la capacité à innover,
  • 31% souhaitent donner du sens à leur activité.

Ce bien-être passe aussi par de nombreux changements organisationnels. La recherche d’un équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle est d’actualité depuis quelques années. Quelques nouveautés font leur apparition, comme le désir d’un changement de rythme de vie, et la possibilité de réaliser davantage de télétravail.

 

L’attente la plus mise en avant envers les responsables hiérarchiques porte sur la reconnaissance du travail des membres de l’équipe pour 16% des interviewés. Les trois solutions les plus évoquées sont l’instauration d’un climat de confiance, soutenir les équipes dans les moment difficiles, et être plus à l’écoute. On peut alors comprendre facilement que les collaborateurs aimeraient un cadre de travail plus bienveillant.

 

Cette étude reflète une nouvelle façon d’appréhender le travail aussi bien du côté des collaborateurs, que celui des supérieurs hiérarchiques. Malgré le stress de la reprise, plus de 70% des répondants sont optimistes pour la suite. La plus grande nécessité des  entreprises est de se réinventer afin de faire face à cette crise, et aux nouvelles attentes de leurs collaborateurs. L’espoir de voir le bien-être au travail devenir central dans la stratégie des entreprises commence à devenir réalité.