En 2019, 3 millions d’actifs français présentaient un risque élevé de faire un “burnout”. En effet, de plus en plus de salariés se sentent en situation de détresse psychique. Le bien-être au travail est un enjeu devenu crucial pour les entreprises. Certaines décident donc de changer de cap et de développer le management bienveillant.

des etudes révélatrices sur les conditions de travail actuelles

Une étude réalisée en 2019 par CadreEmploi auprès de 1123 cadres français a révélé que la moitié d’entre eux ont connu des symptômes du burn-out. En cause, un excès de pression professionnelle ( 63% ), une grande charge de travail ( 59% ), un manque de reconnaissance ( 54% ) mais aussi du stress ( 53 % ). Malheureusement ces constats ne s’améliorent pas au cours des années.

Parmis les principales causes du burn-out, on retrouve une pression trop importante et une mauvaise relation avec les supérieurs hiérarchiques. Simple mésentente ou harcèlement moral, ces phénomènes peuvent être la cause d’un désengagement général. En découlent souvent une baisse des performances, mais aussi une hausse des absences, voir un départ des salariés.

Vous l’avez compris, le management bienveillant n’est plus seulement un effet de mode, c’est une réelle nécessité. De plus en plus de managers font ce choix dans le but d’améliorer leur bien-être et celui des équipes.

 

Le management bienveillant, c’est quoi ?

Le management bienveillant ne serait-il pas tout simplement le fait d’appliquer des valeurs de la vie quotidienne, à son environnement de travail ? Il n’existe pas de définition précise de ce concept. En revanche, nous pouvons affirmer qu’il est constitué de différentes valeurs comme le respect et l’humanité. Le management bienveillant existe seulement si il est perçu par le manager comme un réel état d’esprit et non une stratégie.

L’objectif du management bienveillant est de prendre en compte les besoins des salariés, de les encourager dans leur travail.

Pour y parvenir, la bienveillance et la confiance sont de mise. Un salarié écouté est un salarié qui se sent pleinement intégré dans son travail et qui devient force de proposition. Quant à la confiance, elle doit être réciproque entre manager et managé afin d’être bénéfique. Cela signifie aussi la nécessité de laisser de l’espace aux salariés pour travailler.

C’est ainsi que la hiérarchie pyramidale tendra à devenir plus horizontale, tout en sauvegardant la place de tous dans l’entreprise. Le manager garde sa place de manager tout en donnant l’opportunité aux salariés de s’épanouir pleinement au travail. 

Et vous, quelle est votre vision d’un management bienveillant ?