Quelques semaines ont suffit à l’humanité pour entrer en profonde mutation : télétravail, confinement, restrictions, nouveaux modes de consommations. L’homme s’est adapté, et pour beaucoup, cette période a été le début d’une remise en question. Nos Soft Skills ont évolué de façon significative. Nos besoins fondamentaux ont été bien souvent oublié dans nos quotidiens mouvementés. Certains pensent que le “jour d’après” sera différent. Et si ce n’était pas déjà le cas ? 

 

Les études menées par l’OCDE et le BIT, ont mis en avant les compétences individuelles et collectives clés du XXIe siècle. Appelées les Soft Skills, ces compétences sont dites transversales. En effet, elles représentent une combinaison de compétences interpersonnelles, sociales, mais aussi de nos traits de caractère ou de personnalité. Elles regroupent aussi nos comportements et notre savoir-être. Opposées aux Hard Skills ( savoir-faire ), les Soft Skills sont elles aussi un levier de performance très important.

 

Des études récentes ont révélées que ces Soft Skills ont évoluées avec le confinement.

Cinq Soft Skills se sont améliorées :

  • Nous retrouvons en première place l’empathie. Les conséquences humaines de cette crise, l’ont sans contest développé, mais aussi le soutien massif aux personnes en première ligne qui ont oeuvré pour la santé de tous.
  • Nous retrouvons par la suite la responsabilité. Elle s’est exercée de façon individuelle et collective, à la fois du côté familial mais aussi du côté professionnel et sociétal.
  • Malgré la distanciation sociale, la  collaboration s’est améliorée. L’utilisation d’un outil collaboratif pour le travail a permis aux salariés de garder un lien avec leurs collaborateurs et de travailler dans de meilleures conditions.
  • La persévérance ainsi que l’esprit critique se sont légèrement améliorés, notamment grâce à une remise en question au niveau individuel et collectif.

Si les répondants ont vu certains Soft Skills se développer, certains se sont aussi dégradés.

Parmis eux nous retrouvons : 

  • La confiance envers les autres. Elle a été altéré par une défiance envers les médias, les gouvernements, mais aussi les chefs d’entreprise dans le cadre de la gestion de cette crise.
  • L’enthousiasme s’est vu aussi diminué. Une baisse de moral en grande partie causée par l’isolement et une incertitude permanente sur le futur professionnel.
  • L’isolement a entraîné une baisse de la sociabilité. Une prise de conscience s’est opérée sur le fait qu’il est possible de vivre en limitant les liens sociaux au seul cocon familial.

 

Les résultats de cette étude appellent les managers à rester vigilants pour la reprise. La dimension relationnelle doit être une priorité. Il sera important de recréer du lien social afin de retrouver des équipes motivées et enthousiastes.

 

Si votre entreprise est équipée d’une plateforme collaborative, vous pouvez dès à présent préparer le retour au travail de vos salariés. Il est possible d’utiliser cet outil pour créer des sondages ou une boîte à idées par exemple. Mieux comprendre les attentes et l’état d’esprit de vos collaborateurs,  permettra de mieux appréhender cette reprise.